expo : Reims capitale mérovingienne.

Une belle exposition se tient en ce moment et jusqu’au 29 juillet 2012 au musée St Remi à Reims. elle est intitulée « Reims capitale mérovingienne ». Elle est organisée à l’occasion du 1500e anniversaire de la naissance du royaume franc de Reims 512 – 2012

Quelques repères historiques : 

A la mort du roi Clovis, le 27 novembre 511, son royaume était partagé entre ses quatre fils selon la coutume des Francs.
Les trois fils de Clovis et de Clotilde, encore enfants, reçoivent le royaume d’Orléans pourClodomir, le royaume de Paris pour Childebert et celui de Soissons pour Clotaire.

L’aîné, Thierry, seul adulte de la fratrie et issu d’une première union entre Clovis et une princesse rhénane qui fut sa concubine, hérite de la part la plus importante ; le royaume ainsi modelé se compose des actuels Palatinat, Rhénanie, Luxembourg, Lorraine et Champagne auxquels est rattachée l’Auvergne !
Sous le nom de Thierry 1er (Théodoric), le nouveau roi, soucieux de s’inscrire dans la continuité historique de son père et de profiter du prestige qui s’y attache, choisit Reims comme capitale.

Le Musée Historique Saint-Remi de Reims et le Musée municipal de Saint-Dizier se sont associés pour présenter cette exposition, en collaboration avec l’Inrap, afin de commémorer la naissance de cette entité territoriale qui perdura sur une soixantaine d’années au long du VIe siècle.
Le musée St Remi renferme une collection mérovingienne importante , à celle-ci sont associées des découvertes récentes. En effet, en 2002, au sud-est de l’agglomération de Saint-Dizier, une fouille préventive de l’Inrap au lieu-dit « La Tuilerie », mit au jour trois riches tombes appartenant à la haute aristocratie franque du royaume de Reims !

L’exposition :
Elle se présente en deux parties, la première commence dans la salle mérovingienne du musée où les collections permanentes présentent des sarcophages, des objets de la vie quotidienne. pour plus de détails, voir les photos de la base académique de Reims 

La seconde partie, dans la galerie des arcs-boutants, présente les découvertes archéologiques de Saint Dizier.


Une reconstitution de chacune des trois sépultures est présentée. Les personnages sont montrés avec leurs vêtements, dans leur tombe, tels qu’ils étaient lors de leurs funérailles. A chaque fois, des informations précises sont apportées et des vitrines permettent de voir tous les objets authentiques qui formaient le mobilier des tombes.

On commence par « la dame de Saint Dizier », jeune femme d’environ 18 ans. Elle reposait dans un cercueil de chêne sur lequel étaient déposés une coupe, un flacon en verre, un bassin en bronze et une poterie. Elle avait des bijoux et son ADN prouverait qu’elle avait un lien de parenté avec le second personnage.

Le ‘jeune chef » était âgé d’une trentaine d’années, il était de grande taille car mesurait 1,82m. Son cercueil était déposé dans une chambre funéraire cloisonnée de planches. Il était habillé avec de riches accessoires vestimentaires, une panoplie d’armes  et son cheval était dans une fosse à proximité. Son épée par exemple, possède un double anneau en argent doré fixé sur le pommeau. Ces anneaux retrouvés dans de très riches tombes du VIè siècle  dans le Nord-Ouest de l’Europe symbolisent un lien d’homme à homme. les tombes royales n’en possèdent pas, l’anneau était donc réservé à une élite, rattachée à une autorité plus haute.

Le « patriarche » était inhumé de la même manière que le plus jeune. Agé d’une cinquantaine d’années, il avait des problèmes de santé (relatif embonpoint et diabete). Parmi les objets déposés autour de lui, on remarque un seau au riche décor en bronze gravé.

L »exposition s’achève par la conclusion permettant de rattacher ces tombes au faciès archéologique des tombesdites “de chefs francs” du début du VIe siècle.

Renseignements pratiques :

– Le musée St Remi est à Reims  au 53 rue Simon.
tél. :  03.26.35.36.90
Du lundi au vendredi de 14 h à 18 h 30.
Samedi et dimanche de 14 h à 19 h.
Accès depuis Paris Par l’A4
ou 45 min. en TGV à partir de la gare de l’Est.

– L’exposition est visitable par tous petits et grands, des livrets/découverte pour le jeune public sont donnés à l’entrée du musée (pour les plus de 4 ans (avec des observations et coloriages) et pour les plus de 10 ans (l’aide des parents est parfois bien utile).

– Pour avoir toutes les informations sur les animations, ateliers, conférences  prévus autour de cette exposition : pour les petits et les grands : un programme très riche est prévu jusqu’en juillet 2012.

Pour télécharger le livret de l’exposition

Publicités