Exposition itinérante De Gaulle Adenauer.

Cette exposition en Français et en Allemand est visible actuellement à Reims au Palais du Tau du 8 juillet au 31 août 2012, elle sera à Ludwigsburg (Allemagne) du 8 septembre au 31 octobre 2012

puis d’après le site  de la fondation Charles de Gaulle 

  • Brême (Allemagne) : 20 janvier – 30 mars 2013
  • Compiègne : novembre 2012
  • Invalides (Paris) : 11 juillet – 30 septembre 2012
  • Lille : 22 novembre 2012 – 30 septembre 2013
  • Limoges : 2 janvier – 8 février 2013
  • Mulhouse : 21 janvier – 8 février 2013
  • Saint-Quentin : Mai 2013
  • Sedan : 15 octobre – 15 novembre 2012
  • Warendorf (Allemagne) : 10-22 mars 2013

Le 50ème anniversaire de la signature du traité de l’Elysée doit être l’occasion, en janvier 2013, de célébrer l’amitié franco-allemande et d’insister sur son importance pour l’avenir.
C’est dans cet esprit que la Fondation Charles de Gaulle et la Fondation de la Maison du Chancelier Adenauer à Rhöndorf ont conçu l’exposition  « De Gaulle-Adenauer : les bâtisseurs de l’amitié franco-allemande » autour de trois « moments » distincts permettant au visiteur de comprendre le lien entre le passé de l’amitié franco-allemande, son présent et son avenir.

La première partie de l’exposition retrace les itinéraires des deux hommes d’Etat qui ont voulu cette réconciliation. De éléments particuliers de chacune des biographies sont mis en relief  par un système de cubes pivotants.

Biographie de De Gaulle

Biographie d’Adenauer

Puis, l’exposition étudie la naissance du premier des couples franco-allemands, de la rencontre de Colombey-les-deux-Eglises les 14 et 15 septembre 1958 à la signature du traité de l’Elysée, le 22 janvier 1963. Les deux dirigeants nourrissaient l’un pour l’autre une estime exceptionnelle. Les deux voyages « jumeaux » d’Adenauer en France (juillet 1962) et de De Gaulle en Allemagne (septembre 1962) avaient le même objectif : organiser la rencontre des peuples avec cet ambitieux projet de réconciliation entre la France et l’Allemagne. On peut donc voir des images de ces voyages : Reims, le 8 juillet 1962, et Ludwigsbourg, le 9 septembre 1962.

La troisième partie de l’exposition s’organise symboliquement autour du traité de l’Elysée. Signé le 22 janvier 1963, il a accouché, directement ou non, de nombreuses réalisations dans les domaines économiques, éducatifs ou culturels par exemple. Grâce à lui, depuis 1963, les destins de la France et de l’Allemagne se trouvent tout particulièrement liés, et placés au coeur de la construction européenne.

On peut à la fois lire le Traité , en voir la dernière page avec les signatures, mais aussi faire tout un parcours sur les relations franco-allemandes  depuis cette époque, à la fois par des textes, des photos mais aussi des petites vidéos. C’est très éclectique et chacun y  trouvera son compte : institutions, Euro, OFAJ, jumelages, Eurocorps, politique étrangère commune sont des exemples des thèmes traités.

On termine par de grands posters des différents « couples franco-allemand » des chefs d’etats jusqu’à la rencontre de mai 2012 entre angela Merkel et François Hollande, et en parallèle des photos de « couples franco-allemand » de citoyens.

Une exposition instructive, assez fournie et permettant de connaître certains aspects des relations franc-allemandes.

Il est cependant assez regrettable que cette exposition soit très peu signalée à la fois à l’extérieur du Palais du Tau mais aussi à l’intérieur, il faut vraiment demander pour qu’on l’indique !

Pour les enseignants munis du Pass éducation l’entrée est gratuite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s