la basilique de Saint Denis : nécropole des rois de France

La basilique de Saint Denis est célèbre par le rôle de Suger lors de sa construction mais aussi par sa fonction de nécropole royale.

La visite guidée est vraiment passionnante, assez longue (presque 2h) mais on traverse le temps depuis la crypte avec la chapelle carolingienne d’Hilduin jusqu’au XIXè siècle avec les restaurations de Viollet le Duc.

Les photos prises au cours de cette visite sont en ligne sur Cliopohotos et sont indiquées au fur et à mesure de cette courte présentation, leurs commentaires en sont le complément.

 L’édifice religieux 
L’église s’élève sur l’emplacement d’un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture de saint Denis martyrisé vers 250 avec ses compagnons Rustique et Eleuthère. Lieu de pélerinage elle est est construite au Vè siècle, en 639, le roi Dagobert est le premier roi franc à avoir sa sépulture dans la basilique de Saint-Denis. Pépin le bref s’y fait sacrer roi en 754

On peut voir encore la crypte carolingienne, vestige de l’édifice consacré par Charlemagne en 775, le chevet de Suger, et la partie reconstruite, au temps de Saint Louis, dont le [transept->http://cliophoto.clionautes.org/picture.php?/3404/category/405%5D, d’une ampleur exceptionnelle, était destiné à accueillir les tombeaux royaux.
La nef actuelle est achevée au XIIIè siècle, on utilise arc-boutants et contreforts.

En 1793, les révolutionnaires s’attaquent aux symboles de la monarchie mais la basilique échappe à la destruction totale. En 1806, Napoléon Ier ordonne la restauration du bâtiment. Puis Louis XVIII restitue à l’abbatiale son rôle de nécropole. Les travaux de restauration se poursuivent tout au long du XIXe siècle et sont dirigés par les architectes Debret puis Viollet-le-Duc à partir de 1846.

En 1966, la basilique devient cathédrale, nom dérivé de « cathedra ”, siège de l’évêque qui s’y trouve.

 La nécropole royale
Avec plus de soixante-dix gisants et tombeaux monumentaux, la nécropole royale de la basilique s’impose aujourd’hui comme le plus important ensemble de sculpture funéraire du XIIe au XVIe siècle.

Quelques Mérovingiens et Carolingiens furent inhumés dans la basilique, comme Charles Martel, Pépin le Bref ou Charles le Chauve.

C’est à partir de Hugues Capet que les souverains y furent systématiquement inhumés à quelques exceptions près.

Louis IX (saint Louis) qui n’aura de cesse de renforcer le caractère de nécropole royale de la basilique, notamment par sa commande, vers 1263, d’une série de 16 gisants (il en reste 14 aujourd’hui dont Philippe le hardi.

Un groupe de gisants est remarquable ,[celui des Valois avec les changements dans la manière de représenter les souverains : voir Charles V– . On y trouve aussi Bertrand Du Guesclin.

A cette époque on commence à embaumer les corps des souverains et apparaissent les gisants d’entrailles et les gisants de coeur.

Alors que les corps royaux des souverains médiévaux et de la Renaissance étaient inhumés, directement, sous les monuments sculptés  François 1er ou Henri II et Catherine de Médicis, les Bourbons, dès Henri IV, furent inhumés dans la partie centrale de la crypte aménagée en caveau des Bourbons. Tous ces souverains reposaient dans de simples cercueils de plomb entourés de bois.
C’est ce plomb qui a causé leur destruction pendant la Révolution : on en avait besoin pour fondre des armes.

Pendant la révolution tous les tombeaux ont été ouverts et les ossements exhumés rassemblés dans deux fosses communes à l’extérieur de la basilique. Louis XVIII les a fait regrouper dans 2 ossuaires situés dans la crypte de la basilique. De grandes plaques donnent la liste de tous ceux dont les restes sont ici.

Des tombeaux non présents dans la basilique au moment de la Révolution sont aussi rapportés ici comme :
Clovis et Childebert
Frédégonde

Ressources en ligne 

– la liste des gisants et le plan

Le dossier de presse  sur le site tourisme93 est très complet et correspond au contenu de la visite guidée que l’on peut suivre.

– Pour avoir des détails sur les différents tombeaux, consulter une base de données « Patrimoine de France » qui a été réalisée à partir des bases du ministère de la cultureMérimée  et Palissy. Cette base « Patrimoine de France » a l’avantage de regrouper en deux pages l’essentiel des liens utiles !
pour les sculptures
pour les marbres
 Renseignements pratiques

–  Coordonnées : 
Basilique de Saint-Denis
1, rue de la Légion d’Honneur
93200 Saint-Denis
tél : 01 48 09 83 54
fax : 01 48 09 83 66

– Horaires sous réserve 

Ouvert toute l’année
1er avril au 30 septembre, 10h à 18h15, dimanche 12h à 18h15
1er octobre au 31 mars, 10h à 17h15, dimanche 12h à 17h15
Dernier accès 30 mn avant la fermeture

Fermé
1er janvier, 1er mai, 25 décembre
pendant certains offices religieux

– Autres informations : 

Pour les visites avec des scolaires

– Pour plus de précision, voir le site du Centre des Monuments nationaux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s